#RencontresInterface : Thibaut DELSEMME : Chez Gaston

Une voiture, un bar, des boissons…On the road!

 

 

Chez Gaston, c’est tout d’abord sa Renault 4L jaune toute pimpante! Oui Oui, passionné par les vieux carrosses et persuadé que tous les objets ont droit à une nouvelle vie, Gaston a décidé d’offrir une nouvelle aventure à sa vieille voiture! Dans sa Renault aux vrais airs de soleil du sud, Gaston te propose toute une tripotée de rafraîchissements pour égayer ta journée et réjouir tes papilles! Café, thé glacé, latté ou home made limonade, que tu sois touriste, étudiant ou sur le chemin du travail, rejoins Gaston pour le moment break de ta journée, dans une atmosphère sympa et détendue! Découvrez le parcours atypique de Thibaut alias « Gaston », son parcours, et ses envies !

 

 

 

 

  • Bonjour Thibaut, peux-tu nous décrire ton projet, et ton parcours ?

Mon projet, c’est de développer un bar ambulant. L’idée m’est venue de mes ballades en ville, je vais souvent dans des parcs, des places etc.… et je me faisais souvent la réflexion qu’il n’y avait jamais de possibilité de boire un verre. On devait aller au supermarché du coin, ou aller en « terrasses » alors qu’on n’en avait pas forcément envie. J’ai vraiment envie de développer une offre qui permet aux gens, lorsqu’il se retrouve dans des espaces publics,  d’avoir une offre à emporter, et que cela permette aussi au gens de se réapproprier l’espace public.

C’est un projet qui est venue d’une envie particulière de ma part, je me dis que si moi j’ai envie de ce type d’activité, c’est que d’autre en ont envie aussi.

D’autre part, j’ai toujours aimé les vieilles voitures, j’ai une Renault 4L, et je me suis dit que j’allais l’aménager en bar, et me déplacer directement vers les gens pour leur proposer mes boissons, café, thé …, des boissons qui seront faites maison, ou en tout cas avec des recettes que les gens peuvent reproduire, pour justement éviter de retrouver les même produits que dans les cafés et les commerces habituellement.

L’idée, c’est donc animer l’espace public, offrir une offre à emporter, puis peut-être aller chez le particulier pour lui proposer une offre en boisson « clé sur porte », en fonction de leurs désirs et de leurs attentes.

 

  • D’où  t’es venue ton envie de création d’entreprise ?

J’ai toujours travaillé dans la gestion de projet et le développement de projet, j’ai géré une ONG pendant 5 ans.

A un moment donné, j’ai eu envie de gérer mes propres projets, pour mon compte. C’est pour cela que je me suis lancé, j’ai tout plaqué en Belgique pour venir m’installer ici. A la base, je devais le développer chez moi en Belgique, en gardant mon emploi à mi-temps, et aller sur les marchés, les brocantes, sur l’espace public. Le projet a un peu traîné, et, du fait d’opportunité, j’ai atterri ici, à Marseille, et donc,  autant se lancer maintenant !

 

  • Quel rôle joue INTERFACE dans ton parcours professionnel et ta futur activité ?

Le rôle d’interface, c’est un accompagnement dans mes démarches. Je ne suis pas de la région, je ne suis même pas de France, donc du coup c’est un peu compliqué pour tout ce qui est administratif.
Et puis, je n’ai jamais créé d’entreprise, j’ai bien une activité de photographe, étant donné qu’après mes études universitaires, j’ai fait de la photographie en école d’Art, et j’étais indépendant dans la photographie. Mais créer une entreprise comme celle-ci ou je vais devoir en vivre, c’est un gros projet, je vais devoir être accompagné pour toute les démarches, d’être cadré, tout en sachant que je suis moi-même le gestionnaire de mon activité.

Mais de savoir que je vais être guidé, épaulé dans mes démarches, c’est rassurant.

 

  • Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un futur entrepreneur ?

C’est déjà d’être bien entouré. Se lancer tout seul, c’est, je pense, beaucoup trop dur. D’autant plus si on est jeune et qu’on n’a pas beaucoup d’expérience. Quand on est jeune, on ne se rend pas toujours compte des difficultés que créer une activité peut engendrer. Donc c’est être bien entouré, et venir à INTERFACE pour être bien épaulé !

… Et de ne pas se décourager justement face à toutes ces épreuves ! On sait que ça va être difficile, mais ce n’est pas grave, il faut garder le cap, se fixer des petits objectifs, et au bout de petit objectif, cela fera un gros objectif réussi ! Il faut passer les petites épreuves une à une, et regarder la marche à monter, et pas tout l’escalier d’un coup !

 

  • Quelles sont vos ambitions pour les mois et années à venir ?

Auparavant, j’ai eu une autre activité en freelance, en développement de business, ou je développais des Business pour les autres. Je gagnais très bien ma vie et je me suis rendu compte que ce n’était pas spécialement ce dont j’avais envie. J’avais envie de quelque chose qui m’épanouisse, et de vivre avec. Je n’ai donc pas la prétention de développer mon affaire avec 10 voitures, d’avoir 15 employés et tous les ennuis qui vont avec. J’ai juste envie de pouvoir en vivre, de ne pas me lever avec les pieds de plomb et d’aller travailler sans en avoir envie.

Mon ambition, c’est de créer un univers sympa avec ce bar, que cela fonctionne, et que les gens adhèrent au concept.

 

 

En attendant de croiser la 4L de Gaston dans les rues de Marseille, n’hésitez pas à visiter son site : www.gastonfaitdesboissons.com et son univers sur Facebook : @Gastonfaitdesboissons

Votre profil ressemble à celui de Thibaut-"Gaston" ? Vous vous sentez capable d'entreprendre mais vous ne savez pas comment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *